Piliers de la bienveillance

Pleurs des enfants : les comprendre et les accueillir

Les pleurs des enfants est un sujet qui inquiète et pose problème à de nombreux parents.

En effet la majorité d’entre nous n’a pas eu l’opportunité d’exprimer ses émotions en étant enfant c’est pourquoi il nous est difficile aujourd’hui d’entendre celles de nos enfants.

 

Et pourtant je vous assure : « un enfant qui pleure est un enfant qui va bien » !!

 

Résultat de recherche d'images pour "dessin fleur"Quels type de pleurs ?

pleurs

Selon l’âge de l’enfant, les pleurs ne vont pas exprimer les mêmes besoins.

De 0 à 12 mois

A cet âge là les pleurs des enfants seront leur principal moyen de communication. Ils serviront donc à nous faire passer un message.

Pour les  comprendre, il faut savoir que le corps d’un nouveau-né crée le réflexe naturel lié à son besoin physiologique.

Puis il ajoute le son d’un pleur ou d’un cri. La combinaison des deux produit une signature sonore, spécifique au besoin ressenti, qui s’apparente à un « mot ».

Par exemple, lorsqu’un bébé a besoin de manger, son réflexe est la succion. Quand il ajoute du son sur cette position de la langue, cela génère le son « nèh », équivalent à « j’ai faim ». vous allez donc pouvoir observer ces signes et les comprendre de mieux en mieux.

  • La faim ou la soif

Les pleurs de faim sont les plus fréquents chez les nouveau-nés et ceux que vous allez apprendre à déceler le plus rapidement il est possible de les reconnaître par leur intensité et leur apparition soudaine. Les lamentations de bébés deviennent rapidement des cris colériques.

On peut y entendre un «nèh » « nèh » long et régulier. Les pleurs s’arrêtent généralement lorsque vous prenez bébé ou encore lorsque vous lui présenter le sein. Votre enfant va rapidement reconnaître le rituel de préparation à la mise au sein ou au biberon et se calmera spontanément.

  • La fatigue

Bien que l’on puisse croire que ces pleurs apparaissent davantage le soir, il est aussi possible de les entendre à toutes heures de la journée, après de petites périodes d’éveil ou de stimulation.

Le meilleur moyen d’identifier les pleurs de fatigue, est tout simplement d’observer les signes que nous donne bébé. S’il baille, qu’il a les yeux rouges ou encore qu’il les frotte, il vous indique qu’il est fatigué.

Il est aussi possible qu’il se tourne la tête de gauche à droite comme pour se blottir. Certains bébés vont même jusqu’à se jeter vers l’arrière pour nous faire comprendre leur désir de se reposer.

Les pleurs cessent normalement lorsque vous blottissez bébé dans vos bras ou encore vous le déposez dans son lit où il trouvera réconfort et calme.

  • La souffrance physique

Le pleur de douleur est celui que l’on reconnaît à son aspect strident, aigu et profond. Il est souvent ponctué d’apnées suivies immédiatement par de nouveaux cris. Ce sont souvent des pleurs qui ne cessent pas avec les câlins et les mots doux et vos bras réussissent difficilement à apaiser votre enfant.

On retrouve aussi dans cette catégorie, les fameuses coliques qui se présentent chez certains enfants entre 1 et 3 mois. On peut alors percevoir dans le corps de bébé beaucoup de raideur, ses genoux remontent vers sa poitrine et son visage se plisse et démontre des expressions de douleurs.

Dans ce cas, le calme est de rigueur. Même si vous n’arrivez pas à déceler immédiatement l’origine de l’inconfort, restez patient. Votre enfant sent très bien les tensions et ses pleurs peuvent s’amplifier s’il vous devine stressée ou tendue. De  la chaleur et tissus avec l’odeur de maman seront de bons alliés pour vous.

En cas de doute, fièvre, vomissements ou toutes situations qui vous semblent anormales, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

  • L’inconfort

Plusieurs situations peuvent rendre un nourrisson inconfortable; la couche souillée, il a trop chaud ou encore trop froid, il est dans une mauvaise position, il a un rot à faire, etc.

Souvent l’inconfort se présente par de petits pleurs, des protestations et s’arrête lorsque vous prenez bébé. Le pleur de l’inconfort est sans doute le plus difficile à reconnaître et est souvent calmé par essais et erreurs.

Lorsque vous vous êtes assurés que bébé n’a pas faim, essayez simplement de le changer de position ou encore de lui tapoter doucement le dos. Vous pouvez également vous assurez qu’il n’a pas froid ou chaud en lui touchant la nuque.

Un bébé qui fait la grimace ou qui porte la langue vers le haut comme un petit lézard, a souvent un rot à faire.  Il arrive régulièrement qu’un bébé doive faire jusqu’à 3 ou 4 rots suite à une tétée.

Finalement, certains bébés ne sont pas confortables dans une couche souillée et pleurent pour demander à être changé. Soyez à l’écoute de bébé, analysez la situation vous associerez rapidement les pleurs à leurs causes.

Après 12 mois

Normalement passé les 12 premiers mois, les pleurs vont s’espacer pour laisser plus de place à la communication verbale.

A ce moment là, les pleurs seront l’occasion d’exprimer plus précisément les émotions.

 

Résultat de recherche d'images pour "dessin fleur"Comment les accueillir ?

pleurs

Nous sommes souvent désarmés face aux pleurs de nos enfants et pourtant il est primordial de les accompagner dans ces moments. :*

  • il est important de ne pas voir en eux la projection de nous enfant.
  • nous devons nous sentir suffisamment sereins nous même pour les accueillir. Si ça n’est pas le cas il est important de passer le relais à une autre personne.
  • nous pouvons rester à proximité de notre enfant ou le prendre dans nos bras tout simplement. Laisser un enfant pleurer tout seul lui transmettrai le message qu’il ne peut pas compter sur nous lorsqu’il se sent en détresse. Si vous souhaitez aller plus loin dans le raisonnement, je vous invite à lire l’article dans lequel je parle des valeurs que l’on transmet à nos enfants à travers l’éducation.

Ne jamais chercher à faire stopper les pleurs !!

Ils ont besoins de les faire sortir… Les pleurs vous paraissent démesurés par rapport à la situation ? C’est qu’ils expriment des émotions passées qui n’ont pas pu être digérées….

Il faut s’inquiéter le jour où l’enfant ne pleure plus. C’est qu’il ne sent pas suffisamment en confiance pour exprimer ses émotions…

Si vous en êtes déjà à ce stade il est important de recréer le lien.

 

Résultat de recherche d'images pour "dessin fleur"Quels sont les conséquences des pleurs ?

Les bienfaits

pleurs

Dans un premier temps nous allons voir que les pleurs sont bons pour nos enfants. Ils leur permettent de relâcher la tension.

Des études scientifiques ont prouvés que les larmes émotionnelles étaient chargées en hormones de stress. Par ailleurs, pleurer permet au corps de libérer des endorphines de bien être.

Les pleurs font partis d’un processus normal visant à un rééquilibrage physiologique.

« pleure ça fait du bien »..n’est donc pas un mythe !!

Chez nous les enfants pleurent beaucoup mais par ailleurs ils ont une grande confiance en eux (et en nous), ne font pas de cauchemar et livrent leurs émotions sans hésitation.

Je le vois d’un bon œil (même si forcément il y a des jours où j’aimerai intérieurement qu’ils arrêtent de pleurer un peu).

Les ravages

pleurs

Les pleurs peuvent devenir néfastes s’ils ne sont pas accompagnés d’une présence chaleureuse. Laisser un enfant pleurer seul dans sa chambre ne lui procurera aucun bénéfice.

Cette action provoquera dans son corps une décharge d’hormones de stress. Si cette situation venait à se répéter régulièrement et de façon prolongée, cela peut endommager son système nerveux central.

Sa croissance et son potentiel d’apprentissage peuvent également s’en ressentir.

Vous ne vous sentez pas assez solide émotionnellement pour écouter ces pleurs ? C’est peut être que vous aussi avez besoin d’évacuer des émotions.

Isolez vous et utilisez un « coussin de colère » pour crier, pleurer et décharger tout ce qui est nécessaire de faire sortir.

Vous serez certainement surprise de constater à quel point vos enfants en seront également soulagés.

95% des cris dirigés envers nos enfants sont en fait seulement nécessaires à l’évacuation de notre stress….

 

Résultat de recherche d'images pour "dessin fleur"Pourquoi vouloir les éviter ?

Votre enfant pleure beaucoup et vous souhaitez trouver une solution pour que cela cesse ?

Bien sûr il y a quelques outils qui pourront vous aider :

  • Des câlins, des bisous à volonté
  • laissez le aller jusqu’au bout de sa décharge afin que le réservoir de stress se vide complètement (jusqu’à 1 heure de pleurs si besoin)
  • Cherchez à voir si l’enfant n’exprime pas vos propres émotions que vous essayez de refouler….
  • Montrer de l’empathie à votre enfant

Dans tous les cas il est important de répondre à leurs pleurs au plus tôt afin qu’il se sente en confiance.

Cependant le plus important sera peut être de se demander pourquoi ses pleurs nous dérangent autant…

Résultat de recherche d'images pour "dessin fleur"Conclusion

Encore une fois : écoutez votre cœur de parent.

Si vous sentez que votre enfant a besoin de vous lorsqu’il pleure n’attendez pas 5 minutes de plus. Le lien affectif entre vous n’en sera que plus fort. Et cela lui rendra service pour toute la vie, jusqu’à ce qu’il soit parent lui aussi à son tour.

Et pour les donneurs de conseils ? Laissez les parler… Ils insistent ? répondez leur que vous les écouterez lorsqu’ils auront fait des études en neurosciences 😉

Deux phrases clés qui m’aident beaucoup au quotidien :

  • « il n’y a pas de pleurs sans chagrin, pas de manifestation émotionnelle sans souffrance qui cherche à guérir »
  • « l’enfant a le droit sans restriction à notre écoute et notre compréhension. Nous ne serons jamais « manipulés » parce que nous les lui donnerons »

Voilà chers parents ce que j’avais envie de vous dire à ce sujet.

J’espère que cet article vous a été utile et qu’il vous donne envie d’aller plus loin dans l’apprentissage de la gestion des émotions.

Et si vous connaissez une autre personne qu’il pourrait éclairer partagez le sans modération. Nous ne serons jamais assez nombreux à transmettre des messages de bienveillance.

 

Bonne journée à vous tous ainsi qu’à vos tout petits Résultat de recherche d'images pour "coeur"

 

à bientôt

 

Cécile

 

2 Commentaires

  • Bonjour, pour mon petit dernier de 2 ans 1/2 je suis un peu perdu car il se vexe pour Tout et n’importe quoi (facon de parler) et du coup il se met par terre et j’essaye de parler avec lui mais il ne veut rien savoir et me tourne le dos mais quand je m’eloignes un petit peu pour le laisser se calmer tout seul il se met a pleurer a grosses larmes en criant « maman » sans arret. Mais j’ai beau aller le voir il me repousse quand meme et au bout d’un certain j’y arrive et il vient dans les bras. Je suis un peu perdue, auriez vous des conseils s’il vous plaît? Merci d’avance et super blog 😁

    • re bonjour Cynthia

      La première question qui me vient c’est : as tu lu l’article sur l’hypersensibilité ? Car les enfants qui pleurent facilement peuvent être hypersensibles. L’article te donnera de nombreuses astuces pour l’accompagner et le comprendre.
      N’hésite pas à revenir vers moi si tu as d’autres questions par la suite

      Bonne continuation

      Cécile

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.